Histoire de la collection
The Dalí Universe

The Dali Universe

Les sculptures présentées à Dali Paris ont toutes été rassemblées par le collectionneur italien Beniamino Levi, expert et commissaire de l'exposition. Elles font parties de la collection dénommée "Dali Universe", qui regroupe au total 29 sculptures de taille monumentale dite "musée", de 15 sculptures de grand format et de 10 sculptures de joaillerie. Très prestigieuse, c'est la plus grande consacrée à l'oeuvre sculptée de ce grand artiste. Elle a été exposée dans de très nombreux musées internationaux prestigieux, ce qui a contribué à sa renommée.

Cette collection illustre sous une forme tridimensionnelle les motifs les plus iconiques du grand génie catalan (animaux échassiers, Alice au Pays des Merveilles, montres molles...). Les sculptures furent coulées du vivant du Maître dans de célèbres fonderies internationales en Europe, en utilisant la technique de la cire perdue, une méthode ancestrale de la fonte du bronze utilisée dès l'Antiquité. Elles peuvent être admirées dans des collections privées et dans de nombreux lieux d'art internationaux prestigieux:  à Dalí Paris (www.daliparis.com), au Musée Soumaya à Mexico et au Musée Morohashi au Japon.

Chacune des oeuvres porte un certificat d'authenticité et sont répertoriées par Robert et Nicolas Descharnes, deux experts de renommée mondiale, dans le Catalogue raisonné consacré à la sculpture de Dalí, Le Dur et Le Mou.

Les sculptures monumentales de Dali ont été exposées au public dans les plus grandes capitales d'Europe, à Paris place Vendôme et sur le Queen's Walk à Londres. La collection a aussi été présentée dans divers pays d'Asie, à Singapour, Séoul, Shanghai et Pékin.

Ces sculptures sont proposées au collectionneur averti en fonction des disponibilités.

Les demandes de la part de galeries sont les bienvenues.

Dali et la sculpture

Les sculptures en bronze constituent un des aspects majeurs de l’œuvre de Dalí. Son génie créatif se manifeste à travers la tridimensionnalité, qui donne forme à ses images surréalistes fétiches. Cette passion et ce formidable désir d’expression l’ont animé de 1934 à 1987. La collection de sculptures exposée met en lumière l’imagerie du maître catalan et une dimension peu connue de son œuvre. Chacune de ses sculptures réalisées « à la cire perdue », de l’Éléphant spatial à La Persistance de la mémoire, est une émanation de ses thèmes et images de prédilection.

A. Reynolds Morse, fondateur et ancien président de la Fondation Salvador Dalí, basée en Floride, décrit l’engagement initial de Dalí dans la création d’œuvres en trois dimensions dans son texte intitulé Les dimensions du surréalisme :

« Salvador Dalí a souvent déclaré qu’il ne se considérait pas comme un sculpteur bien qu’il ait étudié la sculpture à Madrid et qu’il fût capable de sculpter comme n’importe lequel de ses contemporains. Il nous a affirmé que sa spécialité était en réalité la “transformation”. Il a toujours insisté sur le fait que l’IDÉE – l’idée surréaliste – de la vision de choses nouvelles, en particulier dans des objets étranges, rendait unique son œuvre en trois dimensions. L’implication de Dalí dans la Troisième Dimension est par conséquent la preuve vivante et irréfutable qu’il était toujours en avance sur son temps. Ses œuvres en trois dimensions, quelle que soit la manière dont elles ont été produites (…), sont la démonstration de ce que les idées importent autant dans l’art que la réalisation elle-même. » 

Dans son célèbre article intitulé Hommage à l’objet paru en 1936 dans les Cahiers d’Art, Dalí a lui-même écrit : « L’objet surréaliste n’est pas pratique, il ne sert à rien à part attendrir les hommes, les épuiser, les abêtir. L’objet surréaliste n’a d’autre but que l’honneur de la pensée ».

En savoir plus sur les sculptures de Dalí : texte par Robert et Nicolas Descharnes, Dalí dans la troisième dimension.
En savoir plus sur www.dalisculpturecollection.com